A propos des champs magnétiques pulsés

"L'énergie magnétique est l'énergie élémentaire dont dépend la vie de tout organisme."
Prof. W. Heisenberg, Prix Nobel de physique 1932.

 

Appelés aussi CMP, les champs magnétiques pulsés représentent, depuis plus de 50 ans, une alternative complémentaire aux méthodes habituelles de traitement de certaines douleurs d'ordre articulaire (arthrose, épaule, genou, coude, mal de dos, rhumatisme, stress etc.), musculaire (tendinite, entorse, etc.) inflammatoire (sciatique, polyarthrite etc.), circulatoire et autres (insomnie, migraines, stress etc.). 
Ils sont de plus en plus utilisés dans le monde par les particuliers et les sportifs.

Avant tout emploi de ces appareils, il est recommandé de consulter leurs contre-indications.

 

C'est en 1923 que Georges Lakhovsky conçut et présenta avec succès, à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, son premier appareil. 
Depuis, les progrès de la science et de la technologie ont permis de mettre à la disposition du plus grand nombre des appareils comme ceux qui sont présentés ici.

 

Depuis Georges Lakhovsky, on sait que la cellule vibre et que le fait d'être en bonne santé dépend d'un équilibre oscillatoire cellulaire. Il a, par ailleurs, mis au point dans les années 1920 un appareil de champs magnétiques qui fut utilisé dans de grands hôpitaux.


Ce n'est que vers les années 1960 que les russes puis les américains reprirent les travaux sur les champs magnétiques et développèrent des générateurs capables de les reproduire dans les vaisseaux spatiaux afin d'éviter les problèmes osseux des cosmonautes et astronautes embarqués dans les fusées. 

 
Le Dr Martine Goueslard, à la fin de sa thèse (La thérapeutique par champs magnétiques pulsés dans les affections articulaires inflammatoires en kinésithérapie libérale - 29 novembre 1995 - Université de Rennes I) : "Non seulement il (le traitement) a amené la guérison de patients pour qui la thérapie classique avait été un échec, mais pour un coût inférieur à celle-ci. D'où vient la confidentialité de cette méthode ?".

 
Le Docteur Erick Oudard (La thérapeutique par champs magnétiques pulsés dans les tendinopathies calcifiantes en kinésithérapie libérale - 14 mai 1996 - Université de Rennes I) conclut sa thèse par cette question : "Pourquoi une telle méthode non invasive n'a-t-elle pas pu s'imposer ?".

 

"Mais, ce n’est pas tout ! En fait, il ne faudrait pas attendre d’être malade pour utiliser les Champs Magnétiques Pulsés. La preuve, c’est que les sportifs de haut niveau utilisent couramment cette technologie à titre préventif mais aussi pour récupérer plus rapidement. Les Champs Magnétiques Pulsés renforcent votre organisme, stimulent votre système immunitaire bref, vous aident à garder la forme et à préserver votre santé.

La thérapie par Champs Magnétiques Pulsés n’est pas incompatible avec les autres thérapies. Bien au contraire, les résultats sont encore meilleurs lorsque les Champs Magnétiques Pulsés sont combinés avec les traitements que vous prescrit votre médecin.

Cet ouvrage met clairement en évidence l’efficacité des Champs Magnétiques Pulsés. Cependant, il serait faux de penser que cette thérapie est une solution miracle qui justifierait d’interrompre tous les autres traitements.

La thérapie par Champs Magnétiques Pulsés donne des résultats remarquables pour le traitement de diverses maladies et, en particulier, de nombreuses maladies chroniques dont les rhumatismes. N’arrêtez donc pas ou ne modifiez pas vos traitements médicamenteux sans l’avis de votre médecin. Les Champs Magnétiques Pulsés donnent des résultats encore meilleurs lorsqu’ils sont utilisés en complément d’un traitement étiologique complet."
Extraits du livre 'Les Champs Magnétiques Pulsés.Votre santé'
Pages 24 & 25
Editions CERCAN
 


 

De nombreuses revues et articles de presse sont parus sur les champs magnétiques pulsés :
Capital n°190 de juillet 2007
Médecine douce n° 150 du mois d'octobre 2005
La vie naturelle n° 221 de décembre 2005
Pharmacie Naturelle n° 86 de Novembre-décembre 2005
Pratiques de santé n°33 du 2 juillet 2005 et n°37 du 8 octobre 2005
le Parisien du 22 avril 1999
Le Quotidien du Médecin n° 6089 du 18 juin 1997, n°6217 du 6 février 1998, n°6251 du 26 mars 1998 etc
.