Georges Lakhovsky (1869 - 1942)

Né en 1869 en Russie et décédé en 1942 aux Etats-Unis, cet ingénieur-biophysicien émigre en France avant la 1ère guerre mondiale. 
En 1923, il met au point son premier appareil de champs magnétiques pulsés. 
En 1924, des tests sont effectués à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris, sur des tumeurs de géranium causées par la bactérie agrobacterium tumefaciens. En quelques semaines, les plantes guérissent alors que les plantes témoins meurent.
De 1924 à 1929, les inventions de Lakhovsky sont testées dans la clinique du Pr Gosset: l'état général des malades s'améliore, leurs douleurs diminuent, l'appétit et le sommeil se normalisent. Le Pr Gosset, qui devait présenter les résultats à l'Académie de médecine, y renonce.

Une grande partie du travail de Lakhovsky fut réalisée, avec succès, entre 1920 et 1930, et plusieurs de ses machines ont fonctionné dans des pays tels que la France, l'Italie, l'Angleterre et l'Allemagne avant de disparaître progressivement.  
En 1939, il obtient le Prix International de Médecine à Vienne.
En 1941, il part à New York; un hôpital y organise un test clinique durant sept semaines sur des arthrites sévères. 
Il meurt en 1942 à Brooklyn.

 

Toutes les cellules vibrent.
Selon les travaux de Lakhovsky, toute cellule vivante constituée essentiellement par un noyau alcalin (+ chargé positivement) baignant dans une masse de protoplasma acide (- chargée négativement), comporte les éléments d’un circuit oscillant de très petite longueur d’onde capables d’émettre et de capter des informations selon les mêmes principes qu’un système d’émetteur et récepteur de radiodiffusion.
En effet, le noyau, qui comporte des filaments ou chromosomes, est assimilable à un circuit ouvert susceptible d’osciller à très haute fréquence. Cette oscillation cellulaire est typique de l’activité vitale. Elle est caractérisée, pour chaque type de cellule (nerveuse, osseuse, musculaire, pathologique), par une fréquence et une intensité propres.

Ainsi, une cellule normale est en équilibre oscillatoire et tend à conserver cet équilibre, alors qu’une cellule malade est en déséquilibre oscillatoire sous l’effet des forces extérieures (les ondes parasites) ou intérieures (par changement des constantes chimiques et électriques du protoplasma et du noyau).
Un organisme vivant est ainsi en liaison permanente avec l’environnement.

Mais chose capitale, nous explique Lakhovsky, lorsqu’un organe devient malade, il n’émet plus les mêmes fréquences que l’organe sain. Le “langage” cellulaire n’est plus perceptible par les autres cellules […] Les cellules perdent alors leur coordination et la maladie lésionnelle survient.

Le fait d’envoyer à l’intérieur du corps des signaux magnétiques va obligatoirement engendrer des modifications des comportements cellulaires.

 

« Guérir, c’est rétablir l’équilibre oscillatoire des cellules lorsqu’il est rompu. » dit-il.
Les cellules recherchent toujours cet équilibre oscillatoire (homéostasie) qui permet à l'organisme de se maintenir en bonne santé.

 

Georges Lakhovsky se dit qu'il suffit de retrouver la fréquence disparue de l'organe malade pour régénérer l'état de santé : ceci est possible avec le générateur de champs magnétiques pulsés (générateur artificiel de fréquences) qu'il met au point et qui permet aux cellules possédant encore faiblement leur fréquence propre d'entrer en résonance avec la seule fréquence de mêmes caractéristiques du spectre émis par le générateur de champs magnétiques pulsés et de réactiver ainsi leurs fonctions

 

Pour les personnes qui désirent étudier plus en profondeur les travaux de Georges Lakhovsky, voici les titres de ses livres :

Georges Lakhovsky, 1927: Contribution à l'étiologie du cancer (Gauthier-Villars et Cie).
Georges Lakhovsky, 1929: Les Ondes qui guérissent (Gauthier-Villars et Cie).
Georges Lakhovsky, 1931: L'oscillation cellulaire. Ensemble des recherches expérimentales (Gaston Doin et Cie).
Georges Lakhovsky, 1932: La Formation néoplasique et le déséquilibre oscillatoire cellulaire. Traitement du cancer par l'oscillateur à longueurs d'ondes multiples (Gaston Doin et Cie).
Georges Lakhovsky, 1934: La Cabale: histoire d'une découverte, l'oscillation cellulaire (Gaston Doin).
Georges Lakhovsky: Œuvres (J.B.G., 1979).

Michel Adam et Armand Givelet, 1936: La Vie et les Ondes. L'œuvre de Georges Lakhovsky (Étienne Chiron).